Internet des Objets : quelles opportunités pour les PME ?

Internet des Objets : quelles opportunités pour les PME ?

Le numérique a révolutionné la manière dont les entreprises fonctionnent aujourd’hui. Elles ont dû s’adapter rapidement aux nouveaux changements opérés et créer ainsi de nouveaux modèles, de nouveaux cas d’usages et opportunités. Les PME, en particulier, ont l’agilité nécessaire pour innover et défricher la voie : la communication « machine to machine » et l’Internet des Objets deviennent des vecteurs d’avantages compétitifs pour les PME.

Au cours de l’Histoire, trois révolutions avaient jusqu’alors profondément modifié les pratiques industrielles et par extension l’économie telle que nous la connaissons aujourd’hui. L’Internet des Objets représente cette quatrième révolution et nous apparaît sous une multitude de noms comme Industrie 4.0, Advanced Manufacturing, Industrie Numérique ou encore Smart Factory.

Mais peu importe sous quel nom vous en avez déjà entendu parler, il suffit d’en avoir la même compréhension. L’Internet des Objets représente toute forme de production industrielle connectée, dont les machines, les produits et le contrôle de la logistique sont optimisés de façon autonome. Les systèmes hétérogènes et les différents modules sont reliés entre eux grâce à un processus industriel global ou une chaîne de valeur – palliant les barrières de communication traditionnelles.

Historiquement, les grandes entreprises bénéficient de processus de production avancés grâce à des économies d’échelle et d’équipements innovants emprunts d’efficacité. Cependant, l’arrivée des technologies industrielles intelligentes ouvre la voie à de nouveaux avantages concurrentiels.

Les usines intelligentes, facteur clé de succès

Les objets connectés permettent aux petites et moyennes entreprises de bénéficier de nouvelles opportunités business. Depuis plusieurs années, l’éditeur SAP propose aux PME des solutions ERP adaptées pour répondre aux enjeux de l’industrie 4.0.

L’Internet des Objets ouvre donc le champ des possibles avec la faculté d’atteindre un haut niveau de production personnalisée : Les produits spécifiques peuvent être fabriqués et personnalisés à partir de recommandations, de manière bien plus efficace qu’en production de masse. Les machines, produits et systèmes se configurent, s’optimisent et contrôlent l’ensemble des processus en toute autonomie. Les PME, peuvent ainsi s’affranchir des limites d’une petite usine en tirant parti de processus et flux de matériels plus rapides et plus efficaces. La Smart Factory est en marche.

Prenons l’exemple de la technologie de capteurs, facile à mettre en œuvre. Sur le principe, cette technologie implique que tout objet (composant du produit final mais aussi partie active d’un outil de production) soit équipé de capteurs comme des étiquettes RTLS, dont les données seront transmises à d’autres capteurs situés dans les machines elles-mêmes ou au niveau du plafond. Chaque maillon de la chaîne logistique peut ainsi échanger des informations facilement et en temps réel.

De nouveaux modes de travail liés aux capteurs

De nombreuses entreprises et organisations, dont SAP et itelligence, travaillent depuis quelques années sur le programme Excellence Initiative, sorte de « think tank » créateur de synergies, où le centre névralgique est le « Demonstrationsfabrik » (usine de démonstration) à Aachen en Allemagne. Ici, les concepts se transforment en de véritables solutions. Les experts sont à la recherche de toutes les opportunités pouvant conduire à optimiser la digitalisation des industries, de façon à développer des produits innovants et faire ressortir les nouvelles tendances. Actuellement, trois projets sont en cours :

La notice d’assemblage 3D pour la production simplifie le travail des techniciens sur la chaîne d’assemblage. Des séquences de montage sont affichées sur des appareils mobiles telles que des lunettes connectées, et à chaque fin d’étape les informations sont automatiquement transférées dans l’ERP.

Le suivi des équipements grâce au RTLS utilise les capteurs pour optimiser les processus de fabrication et les flux de matériels. Ces capteurs analysent les périodes d’utilisation des outils et stations, et ajustent les paramètres en conséquence afin de mieux gérer les périodes d’inactivité.

Pick-by-vision permet à une équipe de préparation de commandes d’améliorer sa productivité. Au lieu de passer du temps à rechercher dans l’entrepôt les articles figurant sur leur liste de commande, les préparateurs reçoivent le trajet et les objets à récupérer sur leurs lunettes connectées ou autre appareil mobile et peuvent ainsi gagner un temps précieux sur leurs opérations de prélèvement.

Publications similaires

SAP S/4HANA : Bienvenue dans un monde plus Fiori
En savoir plus
Gestion des données de base : Un exemple concret issu de l’industrie manufacturière
En savoir plus
SAP HANA : Réussir la digitalisation de son entreprise en 4 points
En savoir plus
itelligence migre son ERP sur la plateforme SAP HANA (2/2)
En savoir plus
Green IT : Comment réduire la consommation d’énergie dans les Datacenters
En savoir plus
Image-Picture-Starting-Line-20160128-GLO-EN
En savoir plus
Suivez-nous sur le site suivant :