Connaissez-vous l’histoire de l’Internet of Things ?

Comment tout a commencé…

Avez-vous déjà entendu parler de Kevin Ashton ? En 1999, Procter & Gamble l’engage en tant que Brand Manager pour apporter un vent de changement dans l’industrie cosmétique britannique. Il fut alors le premier à observer qu’un rouge à lèvres d’une teinte particulière d’une de leurs lignes cosmétiques apparaissait toujours comme étant en rupture de stock, et personne ne savait pourquoi. Fait intéressant, le produit était disponible en stock, mais à l’époque, il n’était pas possible de relier électroniquement le distributeur à la chaîne d’approvisionnement.

Les débuts de la communication entre machines

Inspiré par les puces électroniques, et plus particulièrement par celles des cartes de crédit, Kevin Ashton a eu l’idée d’intégrer une antenne RFID dans les rayons de rouge à lèvres pour aider les managers à suivre la quantité de rouge à lèvres encore disponible sur place. Quelle était sa motivation ? Dès qu’il n’y avait plus de rouge à lèvres sur les étagères, il fallait pouvoir effectuer automatiquement des livraisons supplémentaires via des interfaces électroniques – même à l’époque, une stratégie intelligente pour garder les clients heureux et fidèles à la marque.

That “Internet of Things” Thing

En 1999, Procter & Gamble étudie l’idée d’un “smart packaging” pour tester l’approche de Kevin Ashton. La même année, Kevin Ashton rassemble ses idées et sa vision dans une présentation appelée “That “Internet of Things” Thing”. L’IoT est né. Enfin, grâce à cette présentation, se diffuse l’idée de machines capables de communiquer entre elles, rendant compte de l’énorme potentiel des objets physiques connectés dans un monde numérique. Aujourd’hui, Kevin Ashton est considéré comme l’inventeur de la notion d’Internet des Objets.

Le XXe siècle : Pas d’IoT sans participation humaine

À l’époque, les ordinateurs et Internet reposaient presque entièrement sur l’information fournie par les êtres humains. Également à cette époque, nous collections presque toutes les données et informations en les tapant sur diverses machines. Comme Kevin Ashton l’a dit le 22 juin 2009, dans le RFID Journal : “Le problème, c’est que les gens ont une attention, une précision et un temps limités, et ne sont donc pas pleinement capables de saisir la totalité des données échangées dans le monde physique.”

Au XXe siècle, les ordinateurs étaient des cerveaux sans intelligence, puisqu’ils ne connaissaient que ce que nous leur avions transmis – ceci représentant donc une importante limitation, puisqu’ils existent des milliards de fois plus d’informations qui peuvent être capturées par des capteurs que ce que les êtres humains peuvent saisir via un clavier ou scanner avec un code à barres.

Une nouvelle forme d’intelligence : IoT, GPS, capteurs…

Aujourd’hui, grâce à l’Internet of Things et aux capteurs intelligents, les ordinateurs sont en mesure de fonctionner de manière quasi autonome. Un bon exemple est la détermination de la position par GPS : Le GPS civil a été approuvé pour la première fois par le Congrès américain en 2000, et les systèmes GPS des téléphones mobiles ont été testés pour la première fois en 2004. Aujourd’hui encore, un monde sans GPS est difficilement concevable, puisqu’il nous aide à nous diriger et nous retrouver (presque) partout où nous allons. Nous sommes même capables maintenant d’utiliser ce suivi en direct pour suivre nos commandes de pizzas !

Nous nous assiérons bientôt dans des voitures autonomes se dirigeant et communiquant entre elles grâce à des capteurs, nous épargnant ainsi une bonne vingtaine de jours de conduite par an. Ces voitures permettront également de diminuer grandement le nombre de morts sur les routes, qui s’élève à plusieurs dizaines de milliers chaque année. En effet, on estime déjà le nombre d’accidents évités à plus d’1 million en 50 ans, si nous commençons à faire usage de ces voitures autonomes.

Aujourd’hui, il existe toute une gamme de différents capteurs techniques qui peuvent capturer d’innombrables états d’objets en mouvement et fixes à des coûts faibles. Nous connaissons déjà les capteurs qui perçoivent la température, la luminosité, la pression, l’humidité et la pollution par la poussière dans différents environnements. Nous connaissons aussi les capteurs percevant le frottement et les écoulements dans les moteurs et autres corps creux, ou encore les capteurs de position, d’accélération et de choc pour le déplacement d’objets et la détection de mouvement et de distance par radar, comme c’est actuellement le cas dans les voitures semi-autonomes.

Selon un article récent d’Ayoosh Katuria sur “What’s new in YOLO v3“, la détection d’objets par caméra en relation avec les réseaux neuronaux artificiels est également particulièrement prometteuse. Dans ce cas, le capteur est l’information d’image qui peut être analysée et évaluée au moyen d’algorithmes intelligents.

Read more about how self-driving cars will ease human lives and even prevent accidents caused by human errors.

Que sont les capteurs synthétiques ?

Il est également intéressant de noter que des recherches sont déjà en cours sur les capteurs synthétiques capable d’apprécier une situation ou l’état d’une machine. Il leur appartient de tirer des conclusions sur l’état d’un objet donné à l’aide de l’intelligence artificielle à partir de certaines valeurs mesurées de l’objet. L’objet lui-même n’a pas besoin d’un capteur dédié – la simple perception de la réponse de l’objet à distance permet de surveiller son état.

Pour en savoir plus  : une vidéo de Gierad Laput, doctorant à l’École d’informatique de l’Université Carnegie Mellon.

Get to know how technical and synthetic sensors support production processes.

Les assistants de sûreté intelligents pour la logistique

Un autre exemple est l’utilisation de capteurs dans le secteur de la logistique. Par exemple, aux postes frontières, il est courant que les camions, les colis, les bacs, les palettes et les conteneurs soient soumis à l’ouverture et à l’inspection des autorités douanières pour le règlement des documents douaniers.

Toutefois, il y a aussi des cas où des conteneurs à grand volume ne sont pas ouverts par l’inspection douanière. De nombreuses entreprises ont déjà signalé que des chargements entiers de conteneurs ont été complètement perdus pour d’obscures raisons. Pour résoudre ce problème, le positionnement par GPS à l’aide d’un capteur qui mesure l’incidence de la lumière dans le conteneur est possible. Concrètement : Si le conteneur est ouvert (le capteur capte la luminosité) à un bureau de douane (position GPS enregistrée), il indiquera une probabilité de 99 % que le processus est conforme à la loi.

Dans d’autres cas, par exemple, si un conteneur fait l’objet d’une ouverture non planifiée en cours de route, des ensembles de règles peuvent détecter cet incident et, selon le cas d’utilisation, envoyer automatiquement les notifications appropriées à l’expéditeur, au transporteur ou au destinataire.

Learn more about how smart sensors prevent container loads from being stolen.

Smart Carrier | Le réseau logistique du futur piloté par la donnée

Read more about itelligence’s Smart Carrier solutions for future data-driven logistics challenges, e.g. ever tighter delivery deadlines and changing demands.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre solution Smart Carrier ? Vous trouverez de plus amples informations sur notre blog.

L’Internet of Things et ses possibilités illimitées

Comme le montrent les exemples ci-dessus, à l’avenir, l’Internet des Objets sera de plus en plus important pour tirer des conclusions décisives de la grande quantité de données fournies par les objets connectés et intelligents et pour nous aider à prendre nos décisions. Différentes sources de données peuvent être collectées et exploitées à l’aide d’outils peu onéreux, soit directement via des capteurs, soit, comme le montre l’exemple des capteurs synthétiques, sans aucune extension technique.

Tout comme Kevin Ashton nous l’a appris en trouvant la solution pour une disponibilité permanente de ce rouge à lèvres très convoité : Les données et les informations qui sont capturées à l’aide de capteurs dans l’Internet des Objets permettent de mettre en place des solutions considérablement améliorées – et donc de nouveaux business models.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’IoT ou sur des sujets connexes ? Contactez-nous dès aujourd’hui – nous avons hâte de faire votre connaissance.

Publications similaires

En savoir plus
En savoir plus
Green IT : Comment réduire la consommation d’énergie dans les Datacenters
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

Contact
Contact

Pour toute question, n'hésitez pas à nous contacter.